Portrait de Romane Lelandais, diplômée du master GEB, en poste au Cambodge

Susdai  (« Bonjour » en khmer) !

 

Je m’appelle Romane, ancienne étudiante à l’Université de Lille 1 en Master Global E-Business.

J’ai commencé ma vie étudiante par une licence d’économie-gestion à l’Université de Rennes 1, pour ensuite faire ma troisième année en Pologne avec le fabuleux programme Erasmus. Puis j’ai choisi de faire le Master 1 à Lille Management et commerce international, pour ensuite me spécialiser en E-Business en M2. Pourquoi?

L’informatique représente l’avenir, et je voulais acquérir les bases de celle-ci.

Ce master proposait de faire un an à l’étranger: Phnom Penh ou Dakar. Ceci m’a largement aidé un faire un choix de Master 2, voulant repartir vivre à l’étranger.

 

Je n’ai pas hésité et je suis partie au Cambodge !

Cette décision a changé ma vie.

 

Le premier mois, je vais être honnête, n’a pas été si facile: nouveau pays, nouvelle culture, nouvelle langue, nouveau network. Le Cambodge (et l’Asie du Sud-Est en général) a une culture bouddhiste, aux antipodes de ce que l’on peut connaître dans les pays occidentaux. Une autre manière de vivre, d’approcher la vie et la mort. La pauvreté et la corruption sont rois, mais ceci n’altère en rien la magnifique entraide qui règne dans la vie des gens.

 

J’ai commencé les cours à la Royal University de Phnom Penh dès le premier mois avec des cours du soir: de 18h à 21h. Je me suis donc mise à chercher un stage pour occuper mes journées et « gagner du temps » sur ma vie professionnelle. Pour trouver un stage, ce n’est pas difficile au Cambodge, vraiment pas, cela m’a pris 3 semaines pour être acceptée dans 3 entreprises. Il faut savoir que le Cambodge est un pays en développement, ce qui laisse des opportunités plus grandes et plus faciles qu’en France ou d’autres pays occidentaux que nous connaissons davantage.

 

J’ai fait le choix de travailler à The Idea Consultancy: une agence de consulting et de marketing.

En débutant en tant que stagiaire, j’ai moi même créé le département évènementiel de l’entreprise, qui n’existait pas à mon arrivée. J’ai directement eu la position de manager de projet. J’ai organisé lors d’un stage de 6 mois le plus gros festival de nourriture du Cambodge - Slaprea - qui en deux jours, a ramené plus de 12.000 festivaliers !

Après cet événement, je me suis vite mise à la tâche de l’organisation et de l’expansion de ce département, qui compte à présent 10 employés dans l’entreprise (sur une base de 25 au total). Cela m’a valu d’être embauchée à la suite de mon stage pour être officiellement manager du pôle.

 

J’ai pu développer mon expertise en micro management avec l’organisation de chaque événement pour des clients tels que DHL, Disney-iflix, Nagaworld, le ministère de l’Environnement et du Tourisme. Ce management passe par l’organisation totale d’un event - planification du Gantt chart, du budget, de l’agenda, des relations corporate comme celles avec le gouvernement.

Ensuite, j’ai pu développer mon expertise en macro management. Ceci correspond au management du pôle en lui même, tant au niveau budget de l’année et du respect du chiffre d’affaires, qu’à celui du management de mes équipes...tout en prenant en compte la vision globale du développement de la boite.

La pratique de ces deux aspects du management m’a permis d’obtenir et de certifier de nombreuses qualités professionnelles, maintenant reconnues par mon entourage, qui m’ont permis de gagner le respect pour mon expertise, malgré mon jeune âge.

 

En parallèle de ce travail, j’ai monté avec des amis - ayant tous des compétences différentes - un collectif, organisant des événements allant de la conception de soirées à PP, à la réalisation d’events pour des entreprises. Au sein de ce collectif, je suis marketing manager et project manager, spécialisée dans les relations corporate.

 

Non seulement ma vie professionnelle et mes compétences ont pu monter en flèche grace à l’expérience Cambodge, mais aussi je me suis également beaucoup développé personnellement, l’un ayant un impact sur l’autre. A cela s’ajoutent les nouvelles connaissances, l’adaptation à une nouvelle culture, ce qui amène à une une autre façon de vivre et de voir les choses: avec plus de recul et l’envie de se donner à fond, car au final, nous n’avons qu’une vie.

 

J’encourage toutes les personnes à voyager, travailler à l’étranger, à prendre les experiences qui leur sont proposées, pour en retirer le maximum pour elles-mêmes, professionnellement et personnellement parlant. Nous avons tous à apprendre des autres pays, tant au niveau du cross-cultural management qu’à celui des  rencontres qui se mettent sur notre chemin,nous influencent, nous font grandir, et nous aident à nous construire. Vous êtes maîtres de votre destin, et ce  sont vos choix qui vous rendront uniques.

 

Romane Lelandais

Etudiante GEB Phnom Penh 2017-2018